Le Maroc Emergent

image

Le génie royal, success story d'une monarchie.

un livre d'environs 400 pages

 d'une odyssée royale de 17 années d'un règne ingénieux, qui a mis le royaume du Maroc sur les rails de sa prouesse et de son épanouissement.

Mohamed VI, est inéluctablement un grand leader politique qui a su changer le visage et la physionomie d'un pays en une décennie.

Un roi, dynamique, stratège et lucide, aussi bien que nanti d'une verve humaniste et conciliante.

il est sans équivoque le chef de file d'une poignée de chefs d'états africains qui appellent au sursaut, à l'union et à l'émergence, toutes les volontés du continent, avec une philosophie de règne et un idéal distingué, celui de mettre le citoyen marocain et le citoyen africain, au devant de toutes les priorités !

 

Posté par ali amzine à 15:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]


 

sans-titre

Maroc Afrique à la veille de l'émergence.

 

 

Emergence…

Ce nouveau concept qui ne laisse aucune nation indifférente : au Maroc le plan émergence 2020, Au Tchad il s’agit de Cap 2020, au Sénégal, c'est le Plan Sénégal Emergent (PSE), En cote d’Ivoire, au Congo, et un peut partout c’est le même engouement, la même volonté et la même prise de conscience.

 

Afrique en difficulté  et Afrique Emergente : deux faces d'une médaille que n'arrivera à concilier que la prise de conscience du retard de l’Afrique dans son développement.

L’émergence économique africaine n’est plus qu’une question de temps. Les opérateurs et dirigeants du continent, sont pertinemment conscients de la nécessité de leur affranchissement et de leur indépendance économique, condition sine qua non du développement endogène et du décollage de l’Afrique.

Posté par ali amzine à 17:55 - Commentaires [2] - Permalien [#]

26 mars 2016

 

imagesIIUSQ0OW

Le génie Royal

Accompli

 

 

 

Le génie, c'est le bon sens

appliqué aux idées nouvelles.

 Madame de Staël

 

 

L’œuvre royale ingénieuse, perspicace et ininterrompue, n’a cessé de faire du pays un chantier multipolaire et à ciel ouvert pendant plus de seize années.

Bâtisseur et architecte en chef d’éminents ouvrages et projets structurels, constitutionnels et ambitieux, le souverain s’est attelé à tracer et à poinçonner, d’une dextérité inégale, la voie d’un royaume émergent.

Le PIB par habitant a doublé depuis 1998 et la croissance  économique s’est stabilisée au tour de 5%.

Ce qui a fait du Maroc un des pays les plus dynamiques du monde arabe et du continent africain. 

Ce carrefour du commerce et des routes terrestres et maritimes entre l’Afrique et l’Europe, se voit doter d’un PIB fort, avoisinant un dixième du PIB global du continent africain depuis 1999.

Le Maroc a pu ainsi acquérir la confiance de nombreuses délocalisations d’entreprises Européennes et La Bourse de Casablanca est devenue la deuxième place financière d’Afrique.

De villes en campagnes et d’autoroutes en tramways, le Maroc prend le visage d’un essor ininterrompu, dans ses technopoles et ses complexes mégapoles, dans ses agropoles, dans ses ports et ses aéroports, dans ses plateformes et ses stations balnéaires.  

 

L’ambition rime avec le Maroc en avance depuis l’avènement du nouveau règne.

Le royaume afficha irrévocablement ses plans stratégiques et ses visions dans les secteurs clé de l’économie.

Et ce fut le plan Emergence 2009-2015

La Vision 2020 pour le tourisme

La vision 2015 pour l’artisanat

Le plan Maroc Vert pour l’agriculture

La politique des villes nouvelles.

Et le gigantesque plan énergie 2020 et 2030.

 

Mais quelles encyclopédies pourraient contenir dans tous leurs détails, les multiples grands projets réalisés en cette décennie !

Posté par ali amzine à 02:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 mars 2016

 

emergin africa

C’est au tour de l’Afrique d’émerger est-il répété, à condition, que l’ouverture aux investissements et IDE mettent en valeur les ressources naturelles locales et régionales.

Relancer sur de nouvelles bases, l’agrobusiness, les industries de transformation et les secteurs créateurs de valeur, ainsi que la formation et l’emploi.

L’essentiel des investisseurs en Afrique sont dans  les secteurs rentiers, comme les mines les télécoms, le pétrole, les banques et les assurances, qui sont sans doute importants, mais restent des moteurs de croissance  qui ne peuvent transformer totalement les économies africaines,

Le défi majeur est donc celui de l’internalisation des politiques économiques transformatrices. Qui mettent en valeur les potentialités des ressources humaines mais également des débouchés économiques dans l’agriculture, dans la manufacture et l’industrie, comme leviers des dynamiques internes de transformation structurelle des économies.

La croissance n’est pas un trophée qu’on exhibe pour vanter l’état de santé d’une économie, car même l’inclusion de la croissance économique, qui est un slogan à la mode, sans ses aspects socio culturels, qui bénéficieraient aux populations  restera sans intérêt.

Sur le point de devenir la troisième puissance économique mondiale, derrière les Etats-Unis et la Chine dans dizaine d’années Selon certains experts, l’Afrique suscite naturellement l’inquiétude des Européens

L’Europe, pendant ces trois dernières décennies ne finançait en Afrique, que les secteurs sans risque de concurrencer aux produits européens, comme le café, la banane et le cacao, et qui ne permettaient pas à l’économie africaine de se développer.

Aujourd’hui, les pays africains, devant le déclin économique de l’Union européenne, ont désormais la possibilité de s’émanciper et se lancer sur des marchés de produits innovants, moteurs de croissance et de développement.

Rien qu’à titre d’exemple, Un produit africain par excellence, pourrait devenir un objet de  convoitise et de guerre économique  entre l’Europe et l’Afrique dans l’avenir, à savoir l’huile de palme

Cette huile végétale, solide, est la plus consommée au monde. Largement utilisée dans les cuisines tropicales et asiatiques, est essentielle dans l’industrie agroalimentaire.

Contenant beaucoup de vitamine A, ses caractéristiques la destinent à être la principale concurrente des autres huiles, que ce soit la colza ou le tournesol, elle est énormément utilisée dans la confection des biscuits, des céréales, des barres chocolatées et dans les repas nutritifs.

Les controverses et les débats ont déjà commencé autour de l’huile de palme ce qui illustre à merveille, la future guerre économique qui pourrait bientôt sévir entre l’Europe et l’Afrique.

Posté par ali amzine à 17:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]