image

Prélude...

        Si d’aucun n’ignore la richesse naturelle et touristique du Maroc, la beauté de ses sites et de ses monuments intemporels et impérieux, ainsi que les largesses de son patrimoine historique et spirituel et le don hospitalier des marocains, l’on sait pourtant, qu’il ne possède ni diamant, ni gaz, ni pétrole.

Connu pour être un pays à population majoritairement jeune et foncièrement agricole, comment expliquer cette ardeur et cet élan de modernité continue qui s’emparent du pays, cette mouvance et cette animation que l’on ne retrouve que dans des pays arrivés à un certain stade de leur épanouissement matériel, social et culturel ?

Comment le peuple marocain a-t-il pu atteindre un niveau élevé de sa maturité, de sa lucidité et de sa détermination ? 

S’il existe encore quelques embûches sur le chemin du plein essor économique du pays, l’essentiel est entamé et la machine économique, sociale et institutionnelle marocaines, sont en marche et le Maroc est en émergence.

Ecrire sur la nouvelle réalité marocaine, n’est ni adulateur ni propagandiste et aucunement exalté, car le vrai, le beau et le bien, sont des valeurs absolues, humaines et universelles, aisément et communément reconnaissables.

La tâche n’est certes pas aisée de relater dans un simple ouvrage les records de toute une époque d’un règne aux réalisations abondantes, comme il est encore plus difficile de pénétrer le geyser de génie qui a engendré l’épopée marocaine de ces dernières dix sept années.

Mais la tentation est grande de ce qu’elle éclaire sur la vie de la nation marocaine et sur le comment des changements et des mutations, ainsi que sur les mobiles et les ambitions qui muent les populations, guidées et entretenues par une force royale visionnaire, d’une inspiration puissante, maintenue et déterminée.

Cette force visionnaire, qui fait naître chez un observateur comme chez un auteur, ce besoin vital, pressant et insistant de témoignage d’une époque, qui interpelle tout marocain comme il interpelle tout intellectuel sur la place des idées et auquel il ne peut se soustraire, à vouloir attester ou produire une réflexion et un débat.

Car, communiquer au monde la vérité marocaine, celle d’un roi émérite et d’un peuple singulier, est en ce tournant historique des nations, une tâche décisive et un devoir citoyen de communication.

Et à bien réfléchir aux forces motrices qui actionnent les nations, il se trouve que la maturité d’un peuple, de sa doctrine, de son histoire, de sa monarchie et de son système politique, sollicitent la stature d’un homme et d’un roi raisonnable et hors du commun, apte à amener les hommes à la raison de donner le meilleur d’eux-mêmes, et à leur insuffler la conviction de consolider les volontés et de relever les défis.

Sa Majesté Mohamed VI, roi du Maroc!

Intronisé 23ème souverain de la dynastie Alaouite en 1999, de la couronne monarchique marocaine millénaire et 2ème plus ancienne au monde, après la couronne de l’empire nippon. D’innombrables ouvrages tenteront toujours de cerner les attributs de sa personnalité et la singularité de son règne.

Des études et des analyses multiples ne cesseront de sonder l’envergure et la portée de son ambition pour son pays, cela prouvera toujours l’originalité et la grandeur de l’homme.
Il est de la trempe de ces personnalités planétaires, qui ne passent aucunement pour ordinaires ou inaperçues.

Ces personnages qui vous insufflent l’envie impérative de méditer, d’écrire, ou de vous livrer à une réflexion que l’on sait passionnante et envoûtante, bien qu’il soit difficile d’exceller dans la narration sur une œuvre et des œuvres de génie, aussi bien que dans la prétention de dévoiler les réalisations nombreuses et abondantes d’une période monarchique, aussi vive et aussi énergique que celle du roi Mohamed VI.

On aura beau l’écrire, l’exprimer ou le conter, cela restera toujours en deçà de l’œuvre royale et du leadership du monarque, dans ses parcours comme dans sa vitalité et son dynamisme.

Cet essai entre nos mains, tentera toutefois de présenter les grandes lignes des démarches et des ouvrages royaux patents sur le terrain de l’action si cher au souverain.
Comme il tentera de retracer les faits et les événements tels qu’ils se présentent dans la réalité, par leur caractère chiffré et universel, distinct de l'opinion subjective et écarté de l'illusion, puisque ils se reconnaissent d’eux mêmes, dans leur état tangible et évident qui prend tout son sens pratique mérité.

Et par là aussi, approcher les chantiers stratégiques divers et les multiples réformes, qui ont conduit à l’apothéose de la créativité et de l’innovation d’un règne, et révéler leurs effets généreux sur l’essor économique et social du pays, sur l’épanouissement de ses populations, ainsi que sur la réputation du royaume hors des frontières.

Car il n’est pas de témoignage plus éloquent sur l’étendue des actions d’un dirigeant, que celui de l’efficacité de ses démarches et de leur influence sur le devenir d’un pays ou d’un continent.

Un roi et un souverain tel que Mohamed VI, a-t’il besoin pour autant que l’on vante ses mérites ou les qualités de sa personne, quand les faits et les résultats de son action s’en chargent et le succès suffit à parler de son homme ?

Un roi qui s’est avéré être un leader d’un style et d’une stature propres, qui ne s’en trouve pareil qu’à peine en une poignée de siècles, est véritablement un grand homme qui a su dominer les cœurs et les esprits de ses concitoyens et motiver leurs volontés, comme il a suscité l’admiration et le respect des peuples arabes et africains dont il a réanimé l’ambition.

Une ambition royale et continentale, qui a eu raison des politiques de négativisme tous azimuts, qui n'arborent à toutes occasions que les revers, et au Maroc et en Afrique, alors que la volonté est on ne peut plus aussi présente, comme en cette étape historique du continent, où des décisions, des réalisations, des actions et des évènements sont porteurs de positif, d'espoir, de générosité, de progrès et d'humanité.

Mohamed VI, a honoré le Maroc et les marocains et il est en train de retransmettre la même notoriété pour l’Afrique.
La cinquantaine de tournées royales dans une trentaine pays visités, illustrées par les incontestables succès et les exploits records réalisés, via une diplomatie multipolaire et géostratégique, dans le sécuritaire par l’habileté du royaume, dans l’économique par ses grands groupes, dans le spirituel par l’éducation des imams africains et la construction des mosquées, et dans l’humanitaire par ses aides, ses hôpitaux et ses cliniques mobiles, le Maroc ne fait que révéler ses veines africaines sincères, en ouvrant les bras aux immigrés du continent de s’épanouir sur leur second pays.

Le continent africain du 21ème siècle a beaucoup avancé et largement changé, il s’est engagé dans ses mutations démocratiques, économiques et sociales avec sa nouvelle génération de dirigeants au pouvoir, et il persiste à agripper la voie de son émergence. 

Ces volontés, ces évènements et ces progrès, il est grand temps aujourd’hui de les désigner, d'en parler, de les communiquer, de les chiffrer et de les afficher.
Tout comme il est inimaginable, pour un africain comme pour un marocain, de ne pas être saisi par cette ambition et ce détachement qui ne cessent de nous rappeler, à chaque arrivée du souverain dans un pays africain et à chaque contrat de partenariat conclu et de projet engagé, que nous ne sommes aucunement condamnés à désenchanter ni à baisser indéfiniment les bras, et que marocains et africains unis et tous ensemble, sommes capables du meilleur pour le continent et par les richesses du continent, afin que la spirale du mieux faire et du mieux vivre en finisse avec le cercle vicieux du sous développement.

Ce qui a rabattu et plié les limites devant la diplomatie du royaume, devant sa politique et son économie et a réaffirmé leur portée, leur prestige et la crédibilité de la doctrine et des orientations du Maroc, d’abord dans sa famille africaine et sa terre de prédilection où il a fait son grand retour tant sollicité par les siens.

Un retour comme allié au destin africain et comme puissance continentale bénéfique aux attentes et aux aspirations des peuples africains.

Et si dans l’histoire du royaume, le culte de la royauté et de la monarchie marocaine a toujours eu une proportion unique et exemplaire, aussi bien qu’un rayonnement sur le continent, à l’ère du roi Mohamed VI, il a atteint des sommets de popularité et des dimensions sans pareils, à l’intérieur comme à l’extérieur des frontières. 

Car nul leader ou homme politique ne pourrait réunir tous les consentements sans une grande fibre d’authenticité, de légitimité, de vertu, de valeur, de mérite et d’humanisme, ce que le monarque a su assembler le plus spontanément.

Le génie dont fait preuve le souverain, émane à la fois de sa veine humaniste et de son gisement personnel de discernement et de clairvoyance, aussi bien que de l’effluve civique et patriotique qui stimule chacune de ces réalisations.

Exploits qui ont porté cet éclat de renaissance et de faste dans les réformes, comme dans les mutations de l’économique et du social.
Et de là, de cette puissance de l’inspiration royale, le rêve marocain fût cristallisé pour les citoyens, les opérateurs économiques et les acteurs politiques.

Ce rêve qu'un génie royal a passionnément cultivé le long des ans, pour qu’il puisse aujourd’hui engendrer ses fruits et fusionner toutes les causes dans une cause plus grande, qui englobe les aspirations de la nation ; l’épanouissement du royaume et l’avènement de son développement global et de son émergence.

Et à l’aune des bouleversements étouffants que subit le monde arabe et des crises et des menaces de sécurité qui secouent les pays et les continents ces dernières années, le royaume poursuit son chemin dans la sérénité, stimulé par une ambition et une détermination toujours plus grandes. 

Et au-delà d’une exception marocaine propre et sans équivoque, c’est un modèle marocain qui s’érige et parachève ses édifices, sur le plan politique et institutionnel, au volet économique, aussi bien qu’à celui des relations internationales.

Un développement global et planifié, qui a embrassé tous les secteurs et a osé tous les défis, défis invraisemblables et inattendus quelques années auparavant, pour un pays sans ressources matérielles importantes, qui s’est engagé dans un essor intégral, durable et humain, pourtant onéreux et difficilement réalisable, lors de l’émergence d’un pays.