image

L’aéronautique
Et le pilotage Royal.

..................


Le Maroc, seul pays au Monde

à Tripler chaque année

son développement de l'aéronautique.
*******************************************

 

Devenant une plaque tournante de l’Ofshoring en Afrique comme 1èr hub régional, la ville blanche, capitale économique du Maroc et du Maghreb, Casablanca s’est imposée en destination privilégiée dans le secteur des services, avec ses pépinières des compétences et ses Technopoles de pointe, dont une des filières où le Maroc a franchi d’importants pas sur la voie du développement, à savoir le secteur aéronautique, une vocation déjà historique du royaume.

En 17 ans, le Maroc est devenu une puissance mondiale de l’aéronautique comme de l’automobile, suivant un trend ascendant de croissance.

Etant un secteur clef et ciblé du Plan Émergence tout comme l’offshoring, l’automobile, l’électronique, l’agroalimentaire ou le textile, l’aéronautique jouit d’une attention singulière comme activité créatrice de richesses et d’emplois, assurant au royaume une bonne place sur l’échiquier international en industrie de pointe.

Ce qui lui a permis de réussir en un temps record à se forger une bonne réputation dans la filière, et à devenir une destination de choix des opérateurs du secteur aéronautique dans le monde.

Quand au début du nouveau règne, le Maroc n’abritait que 10 entreprises opérant dans le secteur aéronautique en 2001, 10 ans après, en 2011, ce sont près de 100 opérateurs de l’aérospatial de renommée internationale, pour devenir quelque 120 opérateurs mondiaux en 2015, qui sont venus étoffer la base aéronautique marocaine, dont Boeing, Nexans, EADS, Creuzet, Snecma, Aircelle Safran group, Matis, Zodiac Aerospace, LPS Aero, Bombardier, Stelia Aerospace, filiale à 100% d’Airbus, United Technologies et tant d’autres entreprises telles que Daher, le Piston Français, Souriau et Figeac Aéro, constituant en nombre d’entreprises plus de 80% de la supply chain internationale.

Oxford Business Group, qui mène ses études sur l’économie marocaine, note dans ses rapports, que le secteur aéronautique était quasi-inexistant au Maroc en 2000, pour attirer en plein chantier du plan accélération industrielle 2014-2020, les géants planétaires de l’aéronautique, générant plus de 7,3 milliards de DH en 2015 et près de 6 milliards au1er semestre 2016.

Le Maroc fait désormais partie de la carte mondiale de la construction aéronautique, avec la présence de ces acteurs mondiaux de référence et grands donneurs d’ordre.

Casablanca est ainsi consacrée fer de lance du secteur aéronautique, érigé au Plan Emergence en nouveau métier mondial du Maroc, dans sa version 2.0 de l’offre territoriale pour l’aéronautique, qui séduit d’avantage les plus grands noms du secteur, avec cette réussite haut la main, d’avoir attiré les grands équipementiers mondiaux. La formation pour ce secteur de pointe étant desservie par l’Institut des métiers de l’aéronautique de Casablanca, qui a formé 800 techniciens en 2016, soit le double de l’année 2015.

Cette évolution notable, vient réaffirmer la confiance des grandes compagnies internationales dans le secteur aéronautique marocain, confiance qui s’est consolidée par l’arrivée du géant groupe canadien Bombardier Aéronautique sur le marché national, cet opérateur de l’aviation civile et 3ème constructeur aéronautique mondial après l’américain Boeing et l’européen Airbus, pour une usine de production de composants d’avions de la valeur de 200 millions de dollars et qui investit plus de 400 millions de dirhams en sourcing depuis 2014. L’avionneur canadien cible de nouveaux programmes de développement et un projet d’extension de son usine à la zone franche Midparc, comme le groupe EADS avec l’implantation d’Aerolia filiale d’aérostructures du groupe aéronautique et de défense.

Avec tous ces acquis, ces chiffres et ces réalisations, un fait de grande taille piloté comme tous les projets aéronautique par le souverain, un projet d’inspiration royale de plus, un effet de bombe dans le secteur aéronautique mondial, qui permettra surement au secteur aéronautique de doubler sa dimension sous le ciel du royaume et projettera le secteur aéronautique marocain à la cime de l’échiquier mondial, c’est le plein accord entre Boeing, le leader mondial du secteur et le Maroc, pour la création d’un écosystème industriel.

Discussions ayant débuté depuis 2015 sous l’égide royale, pour aboutir à une immense opportunité d’un milliard de dollars de chiffre d’affaire supplémentaire à l’export, 8700 nouveaux emplois et 120 équipementiers internationaux, fournisseurs de Boeing sur le sol marocain à Casablanca Midparc.

Projet qui devrait démarrer dans moins de 3 ans, et qui dès début 2017 entame l’installation des premiers fournisseurs de Boeing.

Et dans la vision de régionalisation des écosystèmes au royaume, la région de Fès elle aussi dispose à proximité de l’aéroport, d’une zone de 50 hectares pour les besoins éventuels du secteur, susceptible de devenir elle aussi une zone industrielle aéronautique, deuxième après Midparc de Casablanca.

Le royaume pourrait reproduire l’expérience du secteur automobile qui a connu l’implantation d’un deuxième, puis d'un troisième grand constructeur, une possibilité très probable aussi, dans l’aéronautique avec Airbus.

D’autres grands constructeurs de secteurs variés sont bel et bien en chemin vers le Maroc et c’est à chaque nouvelle fois, la confirmation de l’émergence du royaume et de sa vocation de hub régional du continent qui consolide son plein essor.

Après son usine de production des composants d’avions, Bombardier Transport continue dans sa stratégie marocaine, en vue de l’installation d’un cluster industriel ferroviaire, pour approvisionner le marché marocain, pour l’export en Afrique et pour alimenter en partie, les projets européens du groupe.

Ce nouveau cluster aura pour répercussion de stimuler l’écosystème local, fournir le marché marocain et stimuler le développement des opportunités en Afrique.
Bombardier Transport, considère l’installation de sa plateforme stratégique industrielle au Maroc, comme un choix logique et de premier ordre, vu que Le royaume est en avance dans des projets d’investissement performants en infrastructure ferroviaire, en matériel roulant pour les chemins de fer et en réseaux urbains.

Les réussites du royaume dans l'industrie automobile et l'aviation lui ont permis d’investir dans le transport ferroviaire, dont le groupe canadien bénéfice d’une expérience inestimable, ce qui renforcera la coopération économique Maroco Canadienne, déjà multisectorielle.

L’aéronautique marocaine est aujourd’hui la plus compétitive dans la zone euro-méditerranéenne et devient de plus en plus une locomotive pour les investissements en Afrique.

Extraits du livre: Le Génie Royal ..........Asuivre