Emergence .. Voilà pourquoi c'est le tour de L'Afrique !

*************

image

L’Afrique est aujourd’hui à la croisée des ses destins, et elle doit emprunter sa propre voie, elle même et avec les siens, en assimilant la leçon de ces pays pionniers dans la voie de l’émergence et du développement.

Il est certain que les pays aujourd’hui émergents, ont encore du chemin à parcourir pour se consacrer dans un statut de pays développé, en dépassant leurs handicaps et les blocages à éradiquer, afin que chaque pays se forge sa voie et son succès spécifique, mais ils ont réussi tout au moins des défis qui étaient impossibles pendant une période précédente de leur histoire.

Les révolutions arabes qui devraient théoriquement être un jalon de l’émergence et du développement des pays du moyen orient et de l’Afrique du nord, ont malheureusement et tragiquement été le revers absolu de tout développement possible dans ces pays, à quelques exceptions près.

Dans les pays du sud, l’Afrique aujourd’hui a une chance, selon les experts, de rejoindre les pays à haute croissance et est même susceptible de dépasser le taux de croissance de la Chine ou du Brésil dans la prochaine décennie, grâce à l’abondance des matières premières, à la jeunesse de sa population et grâce aux nouvelles élites arrivées au pouvoir, à condition d’une bonne gouvernance, d’une stabilité permanente et d’une meilleure gestion politique et économique qui lui épargneraient les déchirements et les souffrances du passé.

La croissance du produit intérieur brut (PIB) de l’Afrique s’était renforcée autour de 4,5% en 2015 et 5% en 2016, après une expansion plus modérée connue en 2013 (3,5%) et 2014 (3,9%). Parallèlement à ces perspectives de croissance solide, les discussions mondiales et panafricaines offrent au continent une opportunité sans précédent, de dessiner un programme de croissance plus inclusif et durable pour la région.

Dans le long terme, les enjeux sont importants et vont de la transformation des économies africaines, à l’éradication de la pauvreté, à la préservation de l’environnement au bien-être et à la prospérité des populations.

Le continent a aujourd'hui la chance et même le devoir historique de rejoindre le peloton des pays émergents.
Et si jusqu'à présent, l’Afrique et les pays en voie développement, n'ont pu se positionner à l'avant-garde d'un système économique multipolaire au cours de leur histoire moderne, aujourd’hui il doit en devenir autrement.

Car l’économie mondiale étant entrée dans une transformation radicale, les nouveaux pays émergents produiront selon les experts, plus de 50% de la croissance économique de la planète d’ici 2025.

Cette tendance nous montre en effet, qu’une poignée grandissante de pays émergents d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine, sont en passe de devenir les leaders économiques de leurs régions et sous peu, ils deviendront les nombreuses locomotives de la croissance économique à l’échelle de leur continent et inéluctablement de la planète.

 Leur part dans les flux du commerce international avec celui des pays en développement, est passée de 25% en 1995 à 42% en 2010 Selon la Banque Mondiale (Global Development Horizons 2011).

Leurs fonds souverains, leur holding et leurs institutions financières, sont désormais une source importante de flux d’investissements internationaux, grâce à leur stabilité, à leurs populations jeunes et qualifiée, et grâce aux opportunités économiques dont ils regorgent.

L’émergence de ce nouveau monde économique multipolaire, devenue aujourd’hui une réalité, n’a été possible, qu’après l’exacerbation des défaillances survenues dans la gouvernance économique et financière mondiale, défaillances qui ont fini par engendrer une chaîne de crises économiques et financières mettant à terre l’ordre économique mondial inéquitable.

En contrepartie, ces défaillances ont produit une nouvelle dynamique de développement dans des pays, qui hier encore étaient à la traîne, mais qui aujourd’hui et dans un très proche avenir, verront leur PIB dépasser de loin celui des G20 réunis. Ceci grâce à leur compétitivité, à leur potentiel de création d’emploi, d’opportunités nouvelles et de valeur ajoutée, régionale et incessamment continentale.

Et c’est dans ce contexte mondial en mutation, que l’Afrique n’a plus droit au prétexte de jouer à la politique d’autruche, mais de reprendre sa sagesses et sa lucidité, sans occulter aucun de ses atouts et à s’engager dans une entière coopération solidaire interafricaine.

Mais sans compter uniquement sur les investissements directs étrangers, les dirigeants africains commencent à impulser des approches endogènes de développement, en côte d'ivoire, au Sénégal, aussi bien qu’au Maroc et dans plusieurs pays.

C’est donc au tour de l’Afrique d’émerger est-il certifié, à condition que l’ouverture aux investissements et IDE, mettent en valeur les ressources naturelles régionales africaines.
Relancer sur de nouvelles bases, l’agrobusiness, les industries de transformation et les secteurs créateurs de valeur, mais aussi accélérer les secteurs de la formation et de l’emploi. 

À suivre ...... ÉXTRAITS du génie royal.....