image

Le Maroc, une puissance pour la grandeur de l'Afrique.

......................

 

Dans les périples royaux, nombreux et sans trêve, au royaume comme en Afrique, dans son flanc de l’Ouest ou dans son côté Est, ce dernier dont le souverain a entrepris la tournée pour la première fois et qui l’a amené dans sept pays dont le Rwanda, la Tanzanie, le Madagascar, le Gabon, le Sénégal, l’Ethiopie et le Nigeria, le souverain a tracé une carte royale de développement, d’espoir et de prospérité pour les peuples, en donnant l’exemple concret de ce que devraient devenir les relations africaines entre les pays du continent, que le royaume a adopté comme option stratégique du développement et de la coopération sud-sud.

 

Et si aujourd’hui plus qu’avant, les grandes puissances et les grands investisseurs internationaux américains, asiatiques et européens, sont entrés en compétition pour la conquête de l’Afrique, le Maroc a pris les devants grâce à la politique et à la diplomatie royales pionnières et combatives, qui ont frayé la voie aux entreprises marocaines depuis une quinzaine d’années en Afrique de l’Ouest et dans de multiples secteurs.

Et de part ses richesses naturelles, ses projets divers dans les énergies, les nouvelles technologies et l’agro-industrie en Afrique de l’Ouest, le Maroc selon les experts, connaîtra de plus en plus un accroissement des flux d’IDE qui atteindront en 2020, plus de 65,7 milliards, alors qu’ils n’étaient que de 18 milliards de dollars en 2013

La pléiade des grandes entreprises et d’établissements économiques accompagnant le souverain dans ces tournées continentales, reflètent l’importance royale accordée à l’Afrique et à ses besoins pressants dans les secteurs divers, où les champions nationaux ont des acquis et des expériences considérables.

Champions nationaux dont la SNI et ses filiales ont concrétisé la philosophie royale de développement et de solidarité avec les pays africains, à travers les innombrables conventions dans les différents secteurs et domaines vitaux, aussi bien agricoles, diplomatiques, sécuritaires, culturels que spirituels.

Ces partenariats marocains publics et privés avec les pays du continent, ont accru la présence, l’investissement et les filiales de grands opérateurs marocains sur le sol africain.

C'est le cas de Maroc Télécom qui a fortement adhéré à ces investissements, en augmentant la part de ses filiales africaines dans les résultats du groupe en portefeuille clients, de 21% en 2007 à 59% en 2015, et son chiffre d’affaires africain de 15 à 41%.

Ou encore du leader du financement agricole, le groupe Crédit Agricole marocain, qui après son parcours africain de plusieurs années, venait de ficeler à la COP 22 à Marrakech un partenariat pour le financement de milliers de petits agriculteurs africains, convention cadre pour la qualification de l’agriculture du continent face aux changements climatiques, à la détérioration des terres arables, à la désertification et pour la maîtrise de l’irrigation.

Le groupe poids lourd marocain du financement agricole a conclu lors de la tournée royale, des partenariats agricoles avec tout un réseau de banques africaines, telles que la banque du Rwanda pour le développement, la banque tanzanienne de développement agricole, l’union régionale des caisses d’épargne et de crédit coopératif de Madagascar, ainsi qu’avec le ministère de l’agriculture et du développement rural du Nigeria, dans le but du financement des projets agricoles africains, mais aussi pour le développement de la productivité et de la fertilisation des terres.

Ces réussites royales ont illustré l'attractivité, la bonne réputation et l’influence d'un pays, dont le monarque porte une vision africaine transparente et sincère.
Aujourd'hui Maroc est plus que jamais déterminé et ne lésine plus sur sa puissance, ses moyens et ses ressources, afin de réussir son challenge de pionnier du Co-développement, pour une Afrique développée et émergente.

«La crédibilité veut que les richesses de notre continent bénéficient, en premier lieu, aux peuples africains. Cela suppose que la coopération Sud-Sud soit au cœur de leurs partenariats économiques (...) accompagnés par une action crédible et un engagement constant», garantit le souverain.

L’avenir économique mondial se joue certes aujourd’hui en Afrique, preuve en est son taux de croissance soutenu et vigoureux dans la plus part de ses pays, hormis ses grandes réserves en matières premières dont le pétrole, le gaz, l’or, les phosphates, le diamant, le cacao et bien d’autres produits, dont le continent ne bénéficie pas encore entièrement, à moins d’anticiper des partenariats entre pays africains eux mêmes, afin d’arrêter la fuite des richesses hors du continent.

Après avoir confirmé son rôle de levier national de croissance économique et sociale ayant accompagné l’essor du pays, la vision continentale du royaume est cette fois encore actionnée par ce levier que représente la SNI, avec son programme stratégique et son ambition, qui prescrit pour les champions nationaux de l'économie marocaine, l’engagement de s'acquitter de leur mission internationale envers le Maroc et envers le continent, après avoir cumulé savoir faire et compétences et après s'être déployés dans plus d'une dizaine de pays au niveau international, avec une progression immense et une ardeur sans précédent.

Les potentialités de progression du Maroc et de ses holdings dans la vision africaine sont aujourd’hui énormes, étant le 2ème investisseur en Afrique, avec déjà près de 90% des investissements marocains à l’étranger destinés au continent. 

Que ce soit dans les communications, l’immobilier, le tourisme ou la finance, la contribution du royaume au développement de l’Afrique, se déploie dans plus d’une quinzaine de pays africains, matérialisant ainsi le rêve africain du Maroc, son expertise et sa confirmation de leader, grâce à ses chefs de files nationaux, dont Maroc Télécom, Attijari Wafa Bank, Addoha (le premier de l'immobilier), Alliances (groupe leader de tourisme intégré et de l’immobilier), l’ONE et l’ONEP (offices de l'eau et de l'électricité), l'OCP; le leader des phosphates et premier exportateur mondial marocain et tant d’autres groupes privés et opérateurs publics .

La nouvelle SNI affiche son statut et son rôle d’instrument financier international de premier ordre au service des économies du continent.

EXTRAITS du Génie Royal.....À suivre...........