image

 

Pourquoi cherche -t-on à déstabiliser le Maroc ?

Mezri Haddad, ancien ambassadeur de Tunisie auprès de l'UNESCO, écrivain et philosophe, s'est posée la question suivante :

Est-ce à cause de la Russie ? et du rapprochement du maroc avec la Russie ?

Dans une tribune qu’il a signé sur le site de la télévision étatique russe, Russia Today, l’ambassadeur Mezri Haddad a clamé que la triste affaire de Mohcine Fikri, a failli être instrumentalisée par des milieux médiatico-politiques occidentaux, voulant en faire le point de lancement d’un second round de déstabilisation de l’Afrique du nord: Une révolution 2.0, télécommandée et actionnée derrière les claviers et dont la chair à canons ne serait que ‘‘une jeunesse globalisée et déculturée - les cyber-activistes de Freedom House, de l’Open Society et d’OTPOR.’’

L’ambassadeur Mezri Haddad s’est exclamé pourquoi cherche-t-on à nuire au Maroc ? Ce pays, qui, selon lui, est cité dans les rapports internationaux comme étant l’exemple de développement et de démocratisation !! 

Et le philosophe tunisien d’ajouter : 

‘‘Serait-ce en raison de la visite de Mohammed VI en Russie, le 15 mars 2016, un demi-siècle après le déplacement de son père Hassan II en URSS ?’’ 


Mezri Haddad a indiqué qu’aucune révolution, type printemps arabe, qu’elle soit télécommandée de l’étranger ou via les réseaux sociaux, n’aura lieu, ni ne prendrait au Maroc. 

Selon le diplomate tunisien, le Maroc est fort et résistant: 

‘‘il ne tombera pas sous l’effet du sempiternel «printemps» pour la simple raison qu’il y fait beau les quatre saisons de l’année et que ce pays connaît une révolution tranquille depuis la dernière décennie du règne de feu Hassan II et plus résolument encore depuis l’accession au trône du Roi Mohamed VI.’’   


En fin, Mezri Haddad a rappelé aux planificateurs occidentaux, une vérité qu’il juge d’ordre stratégique: 

‘‘Faut-il être philosophe pour réaliser que Tunis, Tripoli, Rabat et Alger sont à deux heures de vol de Paris, et que toute déstabilisation d’un pays de la rive sud de la Méditerranée aura, en termes sécuritaires, migratoires, économiques et géopolitiques, un impact immédiat sur la France ?