image

La destruction des états nations... Et La guerre civile qui guette l'Occident !

***********************************

Nous ne sommes pas un pays de consensus, 
mais un pays en proie à une sorte d’incessante guerre civile. 

Michel Winock.


La désolation, les cadavres, les ruines, la guerre et les bombardements, toute la gloire, la civilisation et l'histoire de nos pays arabes du proche orient, envolées en fumée et ensevelies sous les décombres d'une haine et d'une atrocité sans précédent.

De l'Irak au Yémen, la Syrie et la Lybie, tous ne sont plus que des lieux lugubres et des souvenirs amers et lointains de richesses historiques et de patrimoines de l'humanité saccagés, rasés, effacés et désertés par toute vie humaine, où nichent les corbeaux et retentissent les sons des canons, des missiles et des avions assassins.
Et l'Occident charognard se goberge, vend ses armes et se fait payer comptant, avec tout le pétrole en cadeau, pour sortir de sa crise.
Comme au siècle dernier les puissances coloniales se sont partagées le gâteau du monde arabe sur les ruines de l’Empire ottoman. 
L'Occident veut répéter l'histoire avec ses monstres et ses batards, Al Qaeda puis DAECH.

Tellement le créneau est juteux et lucratif, et l'Occident ne lâchera pas le filon, il persiste à entraîner tous les pays musulmans dans son plan satanique de destruction des peuples et de l'effritement des nations et des frontières, en poussant les rescapés à l'évasion et au suicide dans les océans, à l'émigration de masse, aux famines et aux choléras.

Ayant créé des escadrons de la mort sous des bananières fantoches et mensongères du "terrorisme islamique", et n'hésitant pas à hisser honteusement et ouvertement l'islamophobie aux sommets des institutions et des états.
A l'ONU, ils ont élu Israël à la tête du Comité Juridique contre le terrorisme et au comité de la décolonisation ! 
Le loup sauvage en Berger des agneaux; une officialisation mondiale du plan diabolique et satanique de l'anarchie totale, pour contraindre ainsi les états arabes et ceux du Golf, au piège des guerres fratricides et inévitables, avec les encouragements d'un Trump pro sioniste, qui se fait récompenser en centaines de milliards de dollars d'investissements saoudiens, et en criant haro contre le Qatar.

Un tour de main de magie noire et de cabale, pour achever l’œuvre de division sanglante des pays arabes, par une guerre religieuse encore plus sanguinaire, plus spectaculaire et plus vaste entre musulmans : sunnite et chiite, un ultime chapitre satanique pour la suprématie de Sion.

Mais l'Occident aveugle dans cette course sanguinaire, ne court il pas à sa perte ?
Car une fois terminée la sale besogne, quelle sera la cible très prochaine de ces hordes de bataillons rompues à la guerre et aux tueries si ce n'est pas l'Occident lui même ?
Mettra t-il alors tous ces escadrons guerriers au chômage, ou les appèlera t-il à exterminer ses propres peuples ?

La guerre présente que préconise et entretient le complot occidental contre le monde arabe et les pays du sud, est comme un feu rompant dans des broussailles souterraines, que ne peux rien arrêter ni éteindre, jusqu'aux volcans sur lesquels il s'est accroupi. 
Habitué au confort de la luxure et à la fortune, la misère qu'il ne cesse d'exporter et dont il a éternellement horreur, ne peut que le rattraper cette fois et définitivement.

Et hormis ces centaines de milliers de mercenaires Daechiens qu'il a armés et embrigadés et qui sont déjà en route vers l'Europe et les pays occidentaux, la hargne grandissante des peuples européens, ne se fera pas trop attendre elle non plus, islamophobie, haine de l'autre et extrémismes nationalistes instrumentalisés, l'Occident a élevé son Frankenstein et fini de garnir la poudrière de son suicide.

La même conclusion attend l’Europe au tournant, c'est-à-dire une terrible guerre totale, vue par Gideon Rachman : « La leçon des années 30 est qu’une dépression générale conduit à l’affaiblissement des démocraties et fait apparaitre des forces politiques radicales qui mènent au risque de conflit international. 
Un conflit identique à celui de la 2ème guerre, qui a exterminé des dizaines de millions d’européens, et a dévasté la planète.

La paix que vit l’Europe depuis 1945 représente, selon lui, une situation de laquelle il serait dangereux de faire marche arrière et sombrer dans la violence à grande échelle. 
Et Voila l'Europe et l'Occident en général qui pressent le pas aveuglément vers ce retournement de situation, où la paix qu'ils feignent installer par la guerre, ne sera plus qu'une illusion et un vieux souvenir.
Surtout avec le risque qu'ils courent avec l’écroulement de leurs modèles sociaux, sur les pas de l'austérité, de la déconfiture, du chômage et de l'ébullition.

Les risques d'attentats terroristes répétitifs de ces dernières, n'est qu'une des manifestations de cette réalité nouvelle qui guette l'Occident, et n'a aucune prétendue relation avec l'islamisme comme veulent nous le faire avaler les politiquement corrects.

Car, rien qu'à regarder de plus près le profil des loups solitaires sanguinaires, candidats aux attentats terroristes, nous pouvons facilement appréhender les origines et les causes sociales délabrées de ces hordes guerrières, victimes révoltées du système défaillant des pseudo démocraties occidentales, qui ont poussé à la haine et à la marginalisation, des couches sociales de plus en plus larges.

Il est inévitable que l’insécurité économique conduira à des brutalités de tout genre. Une généralisation des agressivités individuelles et communautaires contre des personnes et contre des groupes perçus comme plus aisés ou plus riches, comme aussi à cause de la marginalisation et des orientation politiques anti sociales et les dérives des démocraties occidentales .

On assiste aujourd’hui à une prolifération des armes de guerre inquiétante, au grand banditisme, au terrorisme, à la délinquance et au commerce illégal d’armes à feu dans les franges de populations différentes. 
Et ce sont ces milieux sociaux et ces réseaux qui sont les terroirs du terrorisme.

Comme un peu partout en Europe, rien qu'en France, les deux piliers de « l’exception française » des années quarante sont désorientés et chancelants ; le modèle social d’un État puissant désagrégé et le moteur franco-allemand achevé et révolu.

Aujourd’hui c’est sans vision politique probante, que la France doit avancer sur la voie difficile et sans gloire des réformes économiques et des crises de ses secteurs. 
Une dizaine de projets d'attentats éclatent chaque année.

Les fusillades qui interviennent ici et là, en France, en Belgique ou en Angleterre et ailleurs, et qui remettent chaque fois en lumière le danger de la banalisation des armes de guerre et leur prolifération anarchique, notamment dans les cités, et dont l'utilisation s'est étendue du grand banditisme à la petite délinquance, en raison de leur faible coût, et de leur accessibilité immédiate, au point que chaque nouvel attentat risque de n’avoir rien de surprenant, car il semble être la suite logique de ce que l'on constate et l’on redoute depuis plusieurs années.

Ceci, sans parler des nouvelles méthodes terroristes utilisant des camions pour écraser les foules et bombarder les masses.
Les attaques à la kalachnikov sont devenues monnaie courante et ne sont plus réservées à des villes comme Marseille ou Paris, mais aussi à Lille et à d'autres métropoles françaises dans des quartiers populaires. 
Selon des spécialistes, près de 15 000 armes de guerre type kalachnikov circuleraient dans les banlieues françaises, contre 3 à 7 millions d'armes qui se trouveraient illégalement en France, cartographie des armes de guerre qui épouse celle du trafic des stupéfiants.

Ces armes proviennent d'Europe de l'Est. Les kalachnikovs viennent aussi des zones de guerre du continent africain, indiquait au Figaro Yves Gollety, président de la chambre syndicale des armuriers de France. 
Dans un rapport de la mission parlementaire sur les armes à feu en France, paru depuis plus de 6 ans, le procureur de la République de Nice pointait la facilité avec laquelle on peut se procurer des armes à feu. Un trafic encore facilité par Internet.

Au marché noir, une kalachnikov se négocie à 3000 euros, mais le prix peut descendre selon l'état de l'arme jusqu'à 250 euros. 
Les services spécialisés du ministère de l'Intérieur français recensent le nombre d'armes saisies par les services de police à environ 4000 armes illégales chaque année, ce qui veut dire qu’il doit en circuler environ 30 000 armes dont 15% du stock, soit environ 4000 sont des armes de guerre, explique un commissaire de la police judiciaire. Il s'agit de kalachnikovs et d'Uzi et d'autres armes de poing.

Où en sont les oligarchies qui se bousculent sur le trône de France et leurs acolytes d’investigation journaleuse et de la mediacratie, pour tirer l’alarme sur toutes ces armes qui circulent et dont les rapports accablants dorment pourtant depuis des années dans leurs fonds de tiroirs ?

L'ex-ministre de l'Intérieur Claude Guéant assurait que près de 3.500 à 4000 armes sont saisies chaque année, une goutte d'eau dans un océan bien vaste et bien dangereux.

L'Occident périra t-il par par ses propres machinations ?
Se fera t-il bouffer par son propre Frankenstein, et tomber dans son propre piège ?
Dans tout les cas, ils s'est fait beaucoup de complices qui n'hésiteront pas à l'aider à faire vite et atrocement bien !