vérité

 

Un procès politique et une grave bavure

encore et toujours

la justice française persiste à demeurer discriminatoire ! 

 

 

Entre la présomption d’innocence et la non vérification des faits reprochés à Tariq Ramadan, jusqu’ici présumé innocent mais enfermé et emprisonné, la justice de France, en flagrant délit d’arbitraire, triche et distribue le mauvais jeu !
Mais Ils ne datent pas d’aujourd’hui, les dysfonctionnements, les bavures, les égarements et les erreurs de la justice française...oh non cela date de bien longtemps et c'est connu de tous !

 

Ils sont nombreux et ne se comptent plus sur les doigts des mains... les ratages, les macules et les souillures à la face de la justice humaine et de la dignité !

 

L'affaire Dreyfus la plus connue de tous, qui fut un conflit social politique majeur de la Troisième République, autour de l'accusation de trahison faite au capitaine Alfred Dreyfus qui est finalement innocenté.

 

Affaire qui créa un bouleversement de la société française pendant douze ans, de 1894 à 1906, la divisant profondément et durablement en deux camps opposés, les partisans de son innocence, et ceux de sa culpabilité.

 

Condamné en 1894 puis de nouveau en 1899, Alfred Dreyfus fut gracié cette même année puis finalement acquitté et réhabilité en 1906.

 

Il ne s'agit pas tant d'une erreur judiciaire, mais d'une condamnation délibérée pour raison d'État, alors que le vrai coupable, bien que reconnu, ne sera lui jamais condamné.

 

Comme c’est encore le sort de Jules Durand, condamné à mort en 1910, peine commuée en sept années de réclusion et réhabilitation actée en 1918 par la Cour de cassation.

 

Ou de Patrick Dils en 1989 rejugé et acquitté en 2002.
Et Omar Reddad, dont 18 livres ont relaté l'affaire et ses tas de bavures.

 

Abdelkader Azzimani et Abderrahim el-Jabri, ordonnée à révision le 15 mai 2013, acquittés le 3 juillet 2014

 

Puis Rida Daalouche condamné en 1991, rejugé et acquitté le 8 mai 1999.

 

Et encore Jean Dehays condamné en 1949 puis rejugé et acquitté en 1955.

 

Jean-Marie Devaux condamné en 1963, rejugé et acquitté en 1969

 

Jean Calas 1761 à Toulouse réhabilité en 1765.
Et Monique Case : condamnée en 1965 et acquittée le 5 mai 1966.

 

Puis Roland Agret condamné en 1973 à Paris puis rejugé en révision de procès et acquitté en 1985 réhabilité.

 

Le vicomte de La Roncière 1835.
Joseph Lesurques dans l'Affaire du courrier de Lyon en 1796.
Marc Machin condamné 2001, acquitté en 2010.
Guy Mauvillain, condamné 1975, rejugé et acquitté en 1985 
Affaire Monnérat.

 

Et j’en passe beaucoup d'autres cas gravement manqués de la justice de la république.

 

Mais aujourd’hui encore… 

 

Quand on voit l'acharnement, la ténacité médiatique et des foules d’intellectuels et de responsables de médias entrer en scène, courir aux trousse d’un présumé innocent, ameutant des tas de faux témoignages, et défilant sur les plateaux de médias, des chaînes télé et des radios, pour désigner Tariq Ramadan coupable, et pousser la justice à adopter leurs lignes éditoriales, le procès et la condamnation précèdent l’enquête, et scandaleusement , non pour les actes d’un homme, car non encore vérifiés, mais pour ses idées et son poids intellectuel.
Tariq Ramadan fait l'objet d’un acharnement sans précédent de toute la machine mediatico -judiciaire française ...et d'une justice aux ordres, connue au monde pour la plus injuste et la plus inéquitable pour ses bavures et ses erreurs depuis de le coup d'état de la finance et de la révolution sanguinaire ayant confisqué le trône de France, et depuis Dreyfus jusqu'à Omar Reddad...des centaines d'innocents ont souffert de la machine perfide d'une justice totalement injuste...aujourd'hui ce sont des hordes de marionnettes et de pantins ligués contre un homme et un intellectuel.. . Tous enragés voulant terrasser l'ennemi juré de leurs longues années ratées d'infertilité intellectuelle, d'une culture française morte et ensevelie, par leur médiocrité et leurs combats creux.. Des hordes de Journaleux acolytes et pseudo écrivains investigateurs flics, aux ordres d’un système politique dépassé, tous aux abois contre un homme seul...Tariq Ramadan...!
A ce point il est un danger pour la république  ?
A ce point votre souffrance a duré toutes ces trente années de débats propres où il vous a tous mis à terre ?
Quelle endurance !
Et ce n'est qu'aujourd'hui que vous ressuscitez tous de vos cendres d'une seule traite, et pour la grande ignoble cause ...Réinstaller la justice biaisée et discriminatoire...Eh bien creusez plus profond le grand fossé et la fracture du peuple français....Divisez, traumatisez les français déjà tous souffrants d'un grand désespoir. ..!

 

La présente grave inconstance et la criarde perfidie actuelle de la justice française, marquera les millions de citoyens français et les citoyens musulmans du monde, et pour longtemps, d’un traumatisme qui ne s’effacera pas de si tôt, comme elle l’a causé pour de nombreuses générations avant.

 

Devant les yeux du monde, c’est incontestablement une justice discriminatoire à deux poids deux mesures, une justice aux ordres d’un politiquement douteux et lamentablement incorrect.

 

Alors que de nombreuses autres personnes accusées jouissent de la plaine liberté et de la présomption d’innocence, et pas Tariq Ramadan, qui s'est pourtant présenté de son plein gré devant les enquêteurs, sûre de son innocence.

 

Et ce, Malgré tout un océan large et incertain et une grande distance pourtant claire, séparant les plaignantes non avérées être victimes, et un homme déjà condamné et emprisonné, alors qu'il est présumé innocent.
Mais à qui on fait ce procès et qui le fait réellement ?

 

Un vrai scandale et une dangereuse dérive, et si ce n’est pas la haine envers un homme qu’on veut à tout prix abattre, comment pourrait on appeler cette grosse entorse aux droits humains ?

 

Un homme dont l’influence intellectuelle d’une trentaine d’années a tissé des racines dans le monde universitaire et culturel…

 

La justice française  a franchi l’irréparable devant ses citoyens, mais aussi devant le monde.

 

Et pourquoi exactement en ce moment ?

 

En cet instant même ou une Nadine Morano, qui n’en est pas à un dérapage près, qui crie sur les toits que l’islam posait «un problème en France», et un Emmanuel Macron voulant restructurer l’islam de France.

 

Comme elle déclarait en 2016 que la France était un «pays de race blanche», en appuyant ses propos d’une citation du général de Gaulle que : « la France est ouverte à toutes les races et qu’elle a une vocation universelle. Mais à condition qu’ils restent une petite minorité. Sinon, la France ne serait plus la France. Nous sommes quand même avant tout un peuple européen de race blanche, de culture grecque et latine et de religion chrétienne.»

 

Une Nadine Morano, conseillère politique de Laurent Wauquiez, président des Républicains qui rajoute que «il n’y a pas que cela», et elle va jusqu’à déclarer qu’«il faut fermer toutes les mosquées qui posent problème ».

 

Et voilà, comme si tous les problèmes de France s’appellaient Islam, foulard, voile et niqab...

 

Ni les SDF, ni le chômage grimpant, ni l’endettement faramineux qui écrase les français, ni les scandales, ni le désespoir des millions de français excédés, rien de tout cela n’interpelle l’élite médiatico-financière française….seul l’Islam et ses symboles sont un ennemi à abattre.

 

S’ameuter en bataillons sur un intellectuel, avec tout cet arsenal médiatico-judicaire, et lui endosser le mal profond qui ronge la république, et qui sort la grande artillerie pour s’enfoncer dans une bavure et un procès d’une intention nauséabonde pareille, c’est tout un faussé qu’elle creuse entre un état discriminatoire et partial et ses citoyens, entre les communautés, entre la France et les citoyens du monde, et vis-à-vis des organisations des droits de l’homme, comme vis à vis de tous les pays soucieux de la dignité, de la loyauté et de l’équité.

 

Ce scandale ne mérite ni notre silence ni notre consentement.

 

Il nous écœure, il nous indigne et il nous révolte !

 

tariq