AUTO CRITIQUE D'UN PEUPLE.

 

Voilà près de 20 ans d'un acharnement royal à tous les champs de bataille.
20 ans d'une dextérité à l'oeuvre, d'une volonté sans trêve et de réformes ingénieuses dans une infinité de chantiers. Un génie apte à rétablir le Maroc dans l'arène des grands et la voie des pays avancés, cette voie qui est la sienne et qui sied à son cheminement historique brillant.
Mais le roi a t-il eu les hommes qu'il meritait ?
Et avons nous été à la hauteur d'un roi et d'une nation ?

 

1

 

 

 

2

 

 

 

3

 

 

Maints avertissements royaux et énièmes discours toutes ces 18 années.

Des speeches à bras le corps à ne plus en finir, la volonté royale immuable, ferme et énergique, administrait ses ordres, ses tirades et ses exhortations.

Roi réformateur et révolutionnaire pourtant depuis le premier jour, ce que les hordes politiciennes ne soupçonnaient même pas.

Et à ces Têtes de Zaims à bout de rouleau, qui nivellent par le bas, avec toutes les forces de leur médiocrité, et qui ignorent que l'art de gouverner consiste à ne pas laisser vieillir les hommes dans leur poste, comme disait Napoléon.

Mais n’étant pas aptes à suivre les conseils, comment daigneraient ils à écouter les avertissement ?

Et dire qu’ils pourraient prévoir des actions politiques profitables à la nation, eux qui ne prévoient même pas leur chute éminente, quoi que retardée, et ils se prenaient pour des illuminés.

Et le souverain n'arrêtera jamais de surprendre, de mouvoir, d'agiter et de malmener la foule !

Mais n'est il pas la voix sublime, profonde et supérieure de la nation ?

Et que peut on attendre d'autre, d'un roi lucide et audacieux, d'un monarque sincère et clairvoyant, que de renverser la table sur les bras cassés, les élus belliqueux et les bureaucrates opportunistes, qui ont tissé leur toile de manigance et gèrent la nation comme leur poche ?

Et qu'espèrent ils entendre d'autre, d'un souverain militant pour la dignité humaine, primé et médaillé mondialement dans ce chantier universel et humain, que d'être désignés du doigt par le peuple et par le droit, pour avoir failli à leur devoir suprême de servir la nation, qui les paie pour un service, qui malheureusement ne vaut pas son prix ?

Il est sans équivoque aujourd'hui, que les premiers ennemis d'une nation, sont ceux qui prennent le peuple en otage et s'octroient des pouvoirs et des avantages pour se servir indûment et servir leurs seuls intérêts au détriment de tous.

Les ennemis d'une nation, sont ceux pour qui la politique est un fond de commerce juteux, un fond gavé de mensonges et de complots pour bâtir les pyramides de leurs fortunes avec les petites mains des masses populaires appauvries et excédées.

La politique qui pourtant devrait être cet art noble de créer les meilleures conditions d’assurer le bonheur des hommes, mais que des individus et des groupes corrupteurs et corrompus, ont hélas travestie au point d'en faire une chasse gardée.

Les marocains l'ont toujours crié, chanté et écrit, Malikouna wahed ...wal baqi cheffara…et tout le reste ne mériteront de confiance, que s'ils font valoir les engagements pour lesquels ils sont élus et mandatés.

Le Roi a toujours été d'aplomb pour réformer et développer la société marocaine à tous les niveaux, il a toujours été révolutionnaire dans ses actions et dans son tempérament, mais c'est au peuple aussi de donner du sien, car il y en a assez des râleurs et des pleurnicheurs, qui ne bougent pas le petit doigt, comme des politiciens douteux et escrocs qui ne sont arrivés au pouvoir qu'à cause de leurs électeurs nochalants ou corrompus eux mêmes.

Le Souverain a engagé depuis le premier jour de son intronisation tout un programme révolutionnaire...mais au fil des ans, il n'a pas été suivi par tous les opérateurs, aussi bien économiques que politiques... et il n'a pas eu toujours tous les hommes politiques qu'il méritait, et c'est ainsi pour les génies, qui devancent leur temps, et le retard et les absents, c’est dans le camp de ceux qui veulent gouverner, sans pouvoir suivre l'exemple royal, car le malheur de la politique, c'est aussi dans les bras cassés.

Et si des individus sont payés chers par la nation pour des services qui ne valent pas leur prix, et pire encore s'ils mettent la main dans la poche du peuple à son insu et sans qu'on puisse leur demander des comptes, on doit aussi se demander si notre silence n'est pas un crime et un consentement coupable !

Mais il est temps, l’a martelé le Souverain, de faire craquer les blocages empêchant l’avènement du modèle de développement tant espéré, et faire voler aux éclats les gênes qui sévissent à tous les étages de la bureaucratie et chez nos élus et toutes ces factions sordides éternisées dans les collectivités territoriales. Et prions aussi que cela soit de même pour certaines grandes entreprises pourtant, oů les clients et les citoyens sont malmené et même obligés de passer à la caisse indument, s’ils ne sont pas volés ouvertement.

Car rien que deux ennemis pour une Nation et elle coule:

- des politiciens douteux et des escrocs à l'intérieur.

- et des faussaires mercenaires à des renégats à l'extérieur.

Encore une fois et toutes les fois, les révoltes royales ne seront aucunement pour un plaisir de critique ou pour une remontrance, mais pour rétablir l’ordre naturel d’une politique en déroute et en déviation, afin de redresser la situation, rectifier les erreurs, corriger les fausses routes et réprimander les fauteurs de troubles, de corruption et de vol caractérisé dans les caisses du peuple et de l’état. 

La nonchalance de députés et de politiciens en vrac, mous et indolores, exige fermeté, et les pratiques frauduleuses qui nuisent à la nation ne seront plus jamais excusées.

L’action et les prérogatives royales et ses discours révoltés, sont pleinement constitutionnels; ils expriment sa ferme volonté d’entériner la dynamique de réforme et de changement lui tenant à cœur, ce processus dans lequel il s’est engagé depuis 18 ans, comme leader et comme idéal et exemple à suivre par les bonnes volontés, chargées de la gestion de la chose publique.

Et ce n’est pas trop demandé !

Des projets de développement efficace, et des solutions répondant aux besoins réels des citoyens, une couverture médicale généralisée et un accès digne et facile à des services de santé tolérables.

Un développement équilibré et équitable, pour la dignité de tous, des revenus et de l’emploi pour les jeunes, un enseignement de qualité, ouvert sur le monde du savoir et de la communication.

Une économie et un modèle de société marocaine à la mesure de l'ambition royale, et des attentes de nos élites et de nos citoyens. Et que tout un chacun fasse montre d'objectivité en appelant les choses par leur nom, sans complaisance ni parure, en optant pour l’innovation et l’audace, quitte à provoquer un séisme politique général et etendu, afin que nos illuminés puissent connaitre enfin les bancs de la justice et ne plus jamais mépriser la nation !

 

 

4