image

Le premier TGV du Continent et le moins cher au monde pour les voyageurs !


****************************************************************

Dans la même vision d’essor et de relance que connait le royaume, le projet du train à grande vitesse, TGV Tanger- Casablanca, chantier hors norme de la première ligne à grande vitesse d’Afrique, a été programmé pour être fonctionnel en moins de 3 ans.
commencer à être en service sur le tronçon Tanger Kenitra début 2018, et être suivi par le TGV Casablanca-Marrakech, juste après.

Comme pour les grands pays qui ont fait le choix de la ligne à grande vitesse dans le monde, malgré son coût élevé, elle a prouvé son efficacité dans l’aménagement du territoire, dans l’unité du pays, avec l’avantage de la mobilité durable.

Une première pour le royaume au niveau du continent africain. Longue de 400 km en double voie, la ligne de ce premier TGV dont le coût se chiffre à plus de 20 milliards de dirhams, permettra de relier Tanger à Casablanca en 2h10 mn à une vitesse maximale de 320 km/h, contre 4h 45 mn actuellement.

Le premier tronçon LGV de 200 km reliant Tanger et Kenitra terminé avant 2016 et 85 % des travaux réalisés, il sera mis en service début 2018, avec un triplement de la voie pour le fret en accompagnement du développement du port de Tanger Med et de Kenitra, ville de la côte atlantique qui va accueillir la future usine PSA qui débutera la fabrication en 2019.

L’ambition du royaume est d’ériger un modèle marocain de la grande vitesse adapté au pouvoir d’achat des Marocains et non seulement réservé à une clientèle de haut de gamme.
Cela impose une maîtrise des coûts pour une ligne à grande vitesse aux standards européens, mais qui sera la moins chère au monde. La ligne a une visée de doubler le nombre de passagers de 3 millions actuellement à 6 millions de passagers annuels au terme de trois ans d’exploitation, ce qui permettra à l’ONCF de dépasser la marge opérationnelle des trains conventionnels et justifiera le déploiement de son schéma directeur, qui prévoit un couloir atlantique de Tanger à Agadir et un autre couloir maghrébin de Casablanca à Oujda, via Fès.

La volonté politique du royaume en cours d’études, est d’étendre les voies ferrées vers le sud de nos provinces sahariennes, via la ville d’Agadir, en traversant les montagnes de l’Atlas et le Sahara marocain vers la Mauritanie, puis au delà, vers les pays de l’Afrique de l’Ouest.

La ligne de grande vitesse, une fois son périple reliant le Sahara marocain à Tanger terminé, l’Espagne qui n’est qu’à 14 km avec sa ligne de TGV qui arrive à Séville, le rêve déclenché depuis plus de trente ans, de relier les deux continents sera permis, afin de concrétiser un projet intercontinental sur lequel ont travaillé

des équipes d’ingénieurs marocains et espagnols, qui entretiennent encore ce rêve, qu’une volonté politique des deux rives de la méditerranée pourra concrétiser un jour.